Traitement des odeurs

La collecte et le traitement des eaux résiduaires urbaines et industrielles génèrent des produits malodorants. En effet, les eaux usées chargées en matière organiques peuvent entraîner la formation d’odeurs désagréables suivant un processus biologiques de fermentation.

Les principaux composés odorants sont données dans le tableau suivant(2) :

Composés

Ordres de grandeur des seuils olfactifs (mg/m3)

Composés azotés

Ammoniac

20

Amines

0,03 à 0,1

Composés soufrés

H2S et mercaptans

0,002 à 0,1

Composés carbonylés

Aldéhydes et cétones

0,2 à 0,4

     

La décomposition des composés azotés, aboutit à la formation d’ammoniac et d’amines. Ces composés entraînent une forte odeur d’urine ou de poisson. Les autres composés pouvant entraîner une nuisance olfactives sont les mercaptans et les sulfures (principalement l’hydrogène sulfuré H2S). Leur présence est caractérisée par une forte odeur d’œuf pourri.  L’odeur est déjà très prononcée même à faible concentration. Enfin, on pourra citer les acides gras volatils tel que l’acide isobutyrique (odeur rance), et les aldéhydes tel l’acroléine (odeur âcre).

aération de bassin de stockage en industrie sucrière (4 flopulses 22 kW)

 

La société Faivre possède des solutions adaptées à cette problématique. En limitant, le processus de fermentation, on peut limiter la production des composés olfactifs et ainsi limiter l’odeur désagréable d’une installation. La fermentation est un type de métabolisme qui a lieu lorsqu’on a une absence d’oxygène. En oxygénant une étendue d’eau, on limite la fermentation donc limite le problème d’odeur.

Ainsi, la société Faivre forte de son expérience dans l’oxygénation peut solutionner vos problèmes d’odeurs en étudiant la morphologie de vos bassins et la charge de vos effluents. 

 

(2)R. Bourrier Guide Technique de l’assainissement

13-Design